Loading...
- Fiat Panda 30 / Crédit Fiatpandaforumsactifs

Histoires d'auto épisode 1 : la Fiat Panda (1980-2003)

1w ago

682

On commence aujourd'hui avec un gros morceau, vous l'aurez reconnue à la miniature, c'est la Fiat Panda de première génération ! Considérée comme la meilleure citadine de tous les temps par certains aficionados, la Panda fut aussi l'une des meilleures ventes de Fiat en s'écoulant à plus de 5,5 millions d'exemplaires à travers le monde.

Années 1970 : une rude concurrence

Le début de cette merveilleuse histoire remonte en fait bien avant la naissance de la Panda. Tout commença dans les années 1970 où Fiat devait faire face au succès inespéré de certaines autos, françaises notamment telles que la Citroën 2cv et la Renault 4L.

Renault 4L Luxe / Crédit La 4L de Sylvie

En fait, les 2cv et 4L avaient coché toutes les bonnes cases pour réussir à l'époque. Leur coffre était suffisamment vaste, elles avaient 5 portes ET 5 places praticables pour 5 adultes, ce qui n'était pas le cas de beaucoup d'autos de l'époque. De conception très simple, elles n'étaient pas non plus chères à l'achat, ni à l'entretien et leur fiabilité se révélait excellente. Elles complétaient le tout par des suspensions assez moelleuses et restaient surtout peu gourmandes en carburant. Cela avait son importance au moment du premier choc pétrolier de 1973 où le carburant se vendait à prix d'or.

Citroën 2CV Charleston / Crédit Wikipédia

Fiat n'avait pas les armes nécessaires pour répondre au succès insolent des françaises. La gamme Fiat des années 1970 se résumait pour les citadines à la 126 qui succédait tout simplement à la mythique 500. Problème, la 126 n'avait que 3 portes et l'accès aux places arrière était loin d'être aisé. Pire encore, la 126 était à peine moins chère que les 4L et 2cv qui offraient par la même occasion plus d'espace et de meilleures performances. La grande soeur 127 était au niveau mais devenait alors bien trop chère en comparaison aux 4L et 2cv. Fort de ce constat, Fiat était dans l'urgence de créer un segment intermédiaire afin de répondre à Renault et Citroën.

Fiat 126 / Crédits pinterest

1976 : Une nouvelle petite Fiat

C'est en 1976 que le projet Panda débuta avec un design déjà nettement tranché : il faut un véhicule habitable mais compact, ce qui induit un style plutôt cubique. Giorgetto Giugiaro est alors à la manoeuvre. Le cahier des charges spécifiait que le futur véhicule devait être capable de recevoir les motorisations des Fiat 126 et 127, le tout dans une carrosserie 3 ou 5 portes. La carrosserie 5 portes fut définitivement abandonnée quelques années après pour des raisons de coûts. Le style définitif de la nouvelle petite Fiat était conforme aux exigences initiales : tout était très carré et anguleux, les courbes et galbes n'avaient pas droit de cité. Tout était très simpliste, sans fioritures ni orignialités. Et cela conférait à la Panda une allure moderne pour l'époque.

Crédits Lignesauto

Ce design très particulier n'est pas anodin. Il apporte plusieurs solutions technologiques : la carrosserie est faite de panneaux plats, ce qui réduisait drastiquement les coûts de remplacement en cas de chocs. Les essieux sont placés aux extrémités de la voiture afin d'offrir un maximum d'espace aux passagers. Cela avait alors pour conséquence des porte à faux très réduits. Ensuite, chose rare aujourd'hui, les protections de carrosserie font TOUT le tour de la Panda, mais vraiment tout le tour sans exposer directement une seule partie de la carrosserie ! Un atout clé pour une voiture à vocation urbaine. Autre avantage, bien évidement sa taille de fourmi. Avec 3,38m de long, 1,46m de large et 1,45m de haut, la Panda est la partenaire idéale pour se faufiler dans les capitales encombrées.

1978 : Des secrets bien gardés

Crédits pinterest

C'est en Février 1978 que Fiat mit un terme aux tests des prototypes de la Panda. Les résultats sont en effet satisfaisants mais ce n'est pas pour autant que Fiat va lancer la commercialisation sur le champ. Non, la citadine va d'abord être secrètement présentée à un groupe de clients fidèles pour recueillir de précieux avis. La présentation se déroulera dans le Parc de Novegro à Milan à l'abri des regards indiscrets. A la manière d'un objet de grande valeur, la petite Fiat est auscultée sous tous les angles. Design général, équipements de confort, finition de l'habitacle, espace intérieur, tout y passe sous l'oeil de clients loyaux à la marque. Y compris le nom de...Rustica, qui était le nom initial que devait recevoir la Panda. Ces clients pourront enfin exprimer leur avis via un questionnaire de satisfaction qu'ils renverront à Fiat.

Crédits viaretro

1979 : Des débuts difficiles

Crédits pinterest

Après les tout derniers réglages, y compris le nom passant de "Rustica" à "Panda", la petite Fiat était fin prête pour la production. Ce n'était malheureusement sans compter les divers conflits de production entre Fiat et le gouvernement italien. Ce dernier exigeait un déplacement des lieux de production de la Panda vers le centre et le sud de l'Italie et plus particulièrement à Cassino et Sulmona. Les villes de Turin et Desio ne verront alors jamais naître de Panda neuves comme il était prévu. Après moultes débats avec des hauts et des bas, un accord fut trouvé en Janvier 1980. Mais l'inflation fait que les prix sont bien plus élevés que prévu. La Panda d'entrée de gamme, la 30, est ainsi vendue près de 3 700 000 lires, soit 6500 € avec l'inflation. La 30 était d'ailleurs reconnaissable à son radiateur implanté à droite de la calandre alors que les autres versions avaient un radiateur à gauche. D'autre part, la version 45 voit son ticket d'entrée monter à 4 702 000 lires, ce qui fait 7700 € de nos jours. Mais ce ne sont pas moins de 70 000 commandes qui furent enregistrées en deux mois, promettant ainsi la Panda à un bel avenir.

1980 : Et ainsi naquît la Panda

Crédits Wheelsage

Février 1980 : la production de l'une des autos les plus reconnaissables au monde est officiellement lancée. Elle se devait d'être simple, robuste, agile, économique, compacte et adaptée à toutes les situations. Elle allait se retrouver entre les mains de la mère de famille, affronter les caprices de ses enfants et accompagner tous les matins leur père au travail. Elle allait faire face à la jungle urbaine et à tous ses pièges. Elle allait affronter les trottoirs, les pavés et les coups de portière. Des millions de jeunes familles l'adopteront en tant que première voiture neuve avec lesquelles elle vivra d'incroyables histoires.

Un intérieur au top

Crédits pinterest

Malgré le fait qu'elle soit plus chère que ses rivales directes, Renault 4L et Citroën 2cv en tête, la Panda se montre sous son meilleur jour une fois que l'on grimpe en son bord. Le combiné d'instrumentation et l'allure générale de la planche de bord avaient un aspect futuriste pour l'époque, avec des volumes extrêmement bien exploités. Par exemple, on trouve un immense rangement en partie basse courant sur toute la largeur de la voiture. Celui-ci pouvait contenir de nombreux objets plus encombrants les uns que les autres tels qu'un parapluie, des sacs à main.... Fiat a d'ailleurs beaucoup communiqué sur ce rangement qui fut l'une des exclusivités de la Panda.

Crédits pinterest

Mais le plus gros atout de la Panda résidait dans ses sièges. D'apparance normale, ils étaient capables de se rabattre à l'horizontale donnant ainsi, en complément de la banquette arrière, un lit tout confort. C'est une idée de génie qui, en plus, ne coûtait pas un bras. Les coûts d'utilisation très bas, sa maniabilité, ses nombreux rangements et son image sans prétentions font rapidement de la Panda l'auto préférée des jeunes familles. Grâce à ces nombreuses caractéristiques, la Panda ne tarda pas à entrer dans le coeur des italiens et devint rapidement l'une des voitures les plus populaires d'Italie.

1983 : La Panda délaisse la ville pour les campagnes

Crédits pinterest

1983 a été une année très importante dans la vie de la première Panda. C'est en effet cette année qu'elle reçut les quatre roues motrices, permettant pour la première fois à la Panda de faire du hors piste. Avec Steyr-Puch, une compagnie autrichienne, Fiat conçut une transmission intégrale qui sia à merveille avec le caractère de la Panda. Tout ce beau monde était alors propulsé par un moteur de 965 cm³ développant la bagatelle de 48 ch. C'est ainsi que la Panda devint la première petite voiture à adopter une transmission intégrale à l'instar des célèbres Land Rover. Le système était activable manuellement avec une première vitesse courte. Avec une masse de 740 kg, la Panda 4x4 pouvait atteindre les 135 km/h. Aujourd'hui encore, la Panda 4x4 est remarquable sur les terrains difficiles et ferait rougir bon nombre de SUV dix fois plus chers.

1986 : La Panda s'offre un premier lifting

Crédits Le Monde

Très appréciée, la millionième Panda sortit des usines Fiat en Juin 1984. Et la success story continua de plus belle ! En 1986, la Panda s'offre un premier remodelage. L'avant s'inspire de celui de la Panda 4x4 sortie trois ans plus tôt. Le logo en toutes lettres devient cinq barres diagonales et s'affiche désormais au centre de la calandre. La Panda devint Panda Supernova. L'ancien 652 cm³ est remplacé par un plus puissant 769 cm³ développant 34 ch. Le 903 cm³ passe aussi à la trappe au profit d'un 999 cm³ de 45 ch ou 50 ch sur la 4x4. Ces nouvelles motorisations font partie de la célèbre gamme de moteur FIRE à quatre cylindre et à refroidissement par liquide. Un diesel de 1301 cm³ développant 34 ch a également rejoint la gamme. Autre amélioration notable, les suspensions arrière qui offrent un meilleur confort, une finition améliorée ainsi qu'une structure renforcée (et ce n'était pas du luxe !).

Fiat Panda Van / Crédits Wikipédia

Fiat ne va pas s'arrêter sur une si bonne lancée. C'est pourquoi la marque italienne tenta en Avril une version utilitaire de sa citadine, la Panda Van. Proposée en motorisation essence et diesel, la Panda Van tentera, en vain, de séduire les artisans. Le volume de chargement oscille entre 750 et 810 dm³. Stylistiquement, les vitres arrière disparaissent et un bloc en plastique est inséré sur la lunette arrière pour augmenter le volume exploitable. Deux portes battantes facilitent en somme le chargement. Un an plus tard, en 1987, la Panda Young fait son apparition avec un moteur de 769 cm³ de 34 ch. En 1989, la Panda Dance entre dans la danse avec un moteur plus costaud de 903 cm³ développant 45 ch. Le diesel quitte la scène par la même occasion.

1991 : La Panda repasse par la case restylage avant de nous dire au revoir

Crédits Quattroruote

Fiat persiste et engage un second restylage sur sa Panda en 1991. La calandre est légèrement revue et se calque sur celle de la Tipo. Les finitions intérieures changent à nouveau et la gamme de motorisations est aussi chamboulée. La Panda s'insère ainsi dans la gamme Fiat de l'époque. Entre 1992 et 1993, la Panda 750s est retirée de la production en raison de l'application des nouvelles normes antipollution Euro 1. La Panda 900 délaisse quant à elle l'antique 903 cm³ pour un nouveau 899 cm³ à injection électronique. En 1997, la Panda rajoute à son catalogue de nouvelles couleurs intérieures et extérieures. Les prix diminuent considérablement grâce aux économies d'échelle, la Panda ayant été lancée depuis maintenant 17 ans ! En Mars 1997, la Panda dépasse les trois millions d'exemplaires. C'est le 5 Septembre 2003 que la dernière Panda de première génération sort des lignes de production de Fiat à Mirafiori. Tout cela tout juste après le lancement de la Panda de deuxième génération.

Des Panda pas comme les autres

Crédits Mil Anuncios

Oui oui, c'est bel et bien une Seat Panda et non une Fiat Panda. La marque espagnole a en effet vendu en collaboration avec Fiat des Panda entre 1980 et 1986. Les deux autos étaient strictement identiques des pneus jusqu'au toit. Seul le logo "Seat" prenait lieu et place du logo "Fiat", les logos "Panda" étant inchangés.

Crédits FavCars

Mais c'est en 1986 justement que le partenariat entre Fiat et Seat cessa. La marque ibérique ne peut donc plus vendre de Panda et entreprend ainsi un restylage. Seat décide de changer les feux avant et arrière. Certains autres éléments sont modifiés pour tenter, en vain, de casser toute filiation avec la Panda de Fiat. D'ailleurs, l'auto est aussi rebaptisée Seat Marbella.

Crédits AutoUncle

Fiat a également commercialisé entre 1990 et 1998 une version électrique de sa citadine. C'est bien avant la Renault Zoé, Fiat était donc le pionnier de la citadine électrique ! Mais son avenir était tout autre. En fait, la Panda électrique, baptisée Panda Elettra n'a pas du tout eu le succès espéré. Elle faisait de la figuration comparé à ses sœurs thermiques. Et cela pour de multiples raisons. Tout d'abord son prix qui était tout simplement doublé par rapport à celui d'une Panda classique. Et l'autonomie n'était pas fameuse non plus, le voitures électriques étant encore à leurs balbutiements. Théoriquement, la Panda électrique pouvait parcourir dans les meilleures conditions 100 km. C'était en réalité moitié moins. En rajoutant un temps de charge dément, une vitesse de pointe de 70 km/h et des batteries supprimant les places arrière, la Panda électrique était condamnée d'avance.

La saga Panda continue

Crédits Fiat

Alors que les premiers exemplaires des années 1980 sont désormais classés collectors et très recherchés, la Panda continue son petit bonhomme de chemin avec la même philosophie pour la troisième génération sortie en 2012 : une bouille sympathique, un espace à bord généreux et des tarifs raisonnables. Des petits clins d’œil à la Panda originelle sont présents comme le grand rangement sous la planche de bord. Bien évidemment, la Panda 4x4 est aussi de retour et le succès est toujours au rendez-vous !

Loading...
Loading...
5
Loading...