- (© A.Saboureau)

Le Mans 2019 : une 87ème édition nostalgique et remplie d'émotions

La 87ème édition des 24 Heures du mans s'est achevée dimanche dernier. Que retenir de ce week-end plein d'émotions et de surprises?

Un hommage fort au succès de la Ford GT40

(© A.Saboureau)

(© A.Saboureau)

Cette édition a été l'occasion de rendre hommage à l'un des duels les plus mythiques de la course créée en 1923. Le duel entre Ferrari et Ford, deux constructeurs qui ont rivalisé durant presqu'une décennie pour briller au Mans. Organisée en avant-première dans quelques salles de cinémas manceaux, la projection des dix premières minutes du long-métrage, Le Mans 66, retrace cette aventure fascinante mais mortelle pour les deux constructeurs automobiles. Carroll Shelby et Ken Miles sont respectivement interprétés par Matt Damon et Christian Bale. La bande-annonce est déjà disponible pour les plus curieux et les fans de la première heure.

Loading...

Ce premier hommage s'est suivi avec l'apparition tant attendue de la voiture emblématique sur le circuit avant le départ de la course. La Ford GT40 Mk.II n'a rien perdu de sa gloire passée malgré la mort tragique de son pilote, Ken Miles en 1966. Ce dernier testait le nouveau modèle de la Ford GT40 quelques mois après le succès de Ford. La voiture avait amené à la victoire à l'écurie Ford en se classant à la première place sur le podium. Revoir un monstre automobile a certainement donné le courage nécessaire aux pilotes de cette 87ème course. Ironie du sort, l'écurie américaine n'a pas eu de chance cette année.

De l'arrivée des hypercars à la voiture de course à hydrogène

Outre la sensibilisation aux accidents de la route, la FIA a annoncé l'arrivée des hypercars sur le circuit des 24 Heures du mans d'ici 2021. Afin de diversifier d'avantage les catégories déjà présentes, l'arrivée de hypercars aux promesses vertigineuses vont pimenter la course déjà épicée. Toyota, vainqueur des deux dernières éditions planche déjà sur un projet de hypercar qui pour l'instant reste secret. On imagine que les autres concurrents doivent redoubler d'efforts face à cette nouvelle catégorie. Le chant des moteurs ronronnants sur le circuit ne risque pas de disparaitre d'aussitôt. Néanmoins, la mobilité zéro émission s'est invitée sur le circuit des 24 Heures. La première voiture prototype à hydrogène à fait sa première apparition en attendant une arrivée officielle dans les prochaines années.

Le prototype LPMH2G a été testé sur les quelques 13 km du circuit avec l'espoir de pouvoir conquérir le cœur du public et la première place du podium d'ici 2024. Les 24 Heures du Mans, lieu mythique des plus grands essais grandeurs natures de prototypes ne finit pas d'innover même à l'ère de la mobilité électrique. L'ACO, organisateur des 24 Heures s'est associé en collaboration avec MissionH24 et Green GT dans l'espoir de développer une nouvelle catégorie dédiée aux voitures à hydrogène. Bertrand Piccard, pilote environnementaliste s'est illustré pendant quelques heures au volant de la LPMH2G lors de sa présentation officielle en parcourant le circuit à l'aide de ses 4 moteurs électriques capables de produire 653 chevaux en plus de la capacité de monter à 300 km/h de 0 à 100 km en 3,4 secondes.

Un triomphe japonais ou la confirmation des véhicules hybrides

(© A.Saboureau)

(© A.Saboureau)

Les 24 Heures du Mans ont toujours fasciné au fur et à mesure des décennies et des générations. Des prototypes les plus instables souvent mortels à la concurrence technologique, les constructeurs savent faire évoluer une course qui est devenue historique au fil du temps. L'entrée des véhicules hybrides a constitué un pas vers le futur ou course rime avec propulsion hybride et vitesse. Toyota ne fait que confirmer sa suprématie en la matière. Malgré l'absence de concurrence, le constructeur nippon a prouvé qu'il pouvait se surpasser en s'imposant avec ses deux voitures jumelles qui se sont échangés à tour de rôle les deux premières places du podium.

(© A.Saboureau)

(© A.Saboureau)

Les TS050 Hybrid du Toyota Gazoo Racing n°7 et n°8 n'ont cessé de se doubler jusqu'à ce que la dernière profite de prendre la place de sa jumelle. Fernando Alonso et ses coéquipiers, Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima, ont pris la tête lors de la dernière heure de la course créant un effet de surprise générale. Toyota continue sur sa lancée après avoir gagné sa première victoire l'année dernière. Malgré l'absence de Fernando Alonso lors de la prochaine édition, Toyota Gazoo Racing peut-il réaliser une troisième victoire? Réponse d'ici les 13 et 14 juin 2020.

Un quatuor gagnant rempli de nostalgie.

(© A.Saboureau)

(© A.Saboureau)

Comment ne pas évoquer le quatuor gagnant qui comme l'a souligné l'un des commentateurs fait fortement référence à l'histoire des 24 Heures Du Mans? La victoire de Toyota Gazoo Racing confirme le sacre des voitures à motorisation hybride introduites en 1998 sur le circuit. Avec l'absence de Porsche dans la catégorie LMP1, Toyota ne devait pas faillir cette année. Malgré la crevaison de la Toyota TS050 Hybrid n°7, José Maria Lopez accède à la deuxième position laissant le trio de l'année dernière reprendre le trophée rendu 24 heures auparavant. Même si l'écurie nipponne s'impose dans le classement d'une course européenne, les constructeurs du Vieux continent maintiennent leurs présences dans les trois catégories restantes.

(© A.Saboureau)

(© A.Saboureau)

Le retour d'Alpine n'a fait qu'améliorer un savoir-faire remis au goût du jour après quelques décennies de silence. Lors de l'édition du Mans Classic 2018, le constructeur rendait hommage à la voiture qui lui a donné la victoire 40 ans plus tôt sur le circuit de la Sarthe. Cette année, Alpine revient en force en s'imposant avec l'équipe française Signatech Alpine. L' équipe de pilotes réunissant Nicolas Lapierre, André Negrao et Pierre Thiriet ont dompté l'A470-Gibson n°36 pendant 24 heures prenant la place des uns et des autres pour se relayer. De l'autre côté des Alpes, l'Italie a pris la première place dans la catégorie LMGTE Pro grâce à la performance de la Ferrari 488 GTE Evo n°51 de l'écurie AF Corse. A l'instar d'Alpine, cette victoire survient 70 ans après le premier sacre de l'écurie d'Enzo Ferrari.

(© A.Saboureau)

(© A.Saboureau)

Passant littéralement devant ses rivaux qui ont abandonné à l'image du crash spectaculaire de la corvette dans un des virages, Ferrari confirme bien sa présence. Malchanceux, Ford sort perdant puisque la Ford GT privée n°85 du Keating Motorsports qui avait pris la première position dans la dernière catégorie en jeu, la LMGTE Am, perd sa place. La victoire aura été de courte durée pour les Américains qui ont vu les Ford GT n°85 et n°68 concourant dans la catégorie pro pour cette dernière, disqualifiées après vérification des résultats et du règlement. L'écurie Porsche récupère la victoire grâce à la Porsche 911 RSR n°56 conduite par un trio germano-americano-norvegien. Que de surprises même après la fin de cette 87ème édition.

#toyota, #lemans24, #porsche, #alonso, #ford

Pour plus d'articles sur les 24 Heures du Mans :

Loading...
Loading...
Loading...
Loading...

Join In

Comments (0)

    YOU MIGHT ALSO LIKE

    Post sponsored by

    Things you'll want to ask Alexa while driving
    Voici les Peugeot 5008 "Police" et "Gendarmerie"
    La Volkswagen ID.3 écrase la Tesla Model 3 en Norvège
    19
    Crikey! It's the French rozzers... in their new Peugeot 5008
    0