L'essai de l'abarth 124 SPIDER EN CORSE

La Fiat 124 Spider est bien née, elle m’avait d’ailleurs beaucoup plu cet été sur la côte atlantique. La seule chose que je pouvais lui reprocher était sa suspension un peu souple et son manque de patate. Qu’à cela ne tienne, Abarth a la solution. Le tour du proprio

L’Abarth 124 Spider, c’est une Fiat 124 qui, une fois quitté l’usine d’Hiroshima où elle est fabriquée, passe par les ateliers Abarth à Turin pour subir le traitement maison. Le bloc 1.4l MultiAir est revu pour passer de 140 à 170ch, la suspension est revue par Bilstein, les freins par Brembo, et Abarth termine la partie mécanique en ajoutant son fameux échappement Monza Record à quatre sorties. Pour la partie cosmétique, on a droit à un bouclier plus ajouré (et agressif) à l’avant, des jupe latérales et un bouclier arrière plus enveloppant. Le capot et la malle de coffre passent au noir mat (mais ceux qui le souhaitent peuvent avoir une teinte uni).

Le kit esthétique offre un côté belliqueux bienvenu

A l’intérieur, les baquets spécifiques siglés Abarth maintiennent mieux (et referment également les HP du système Bose) tandis que l’Alcantara fait son apparition sur la planche de bord, le tunnel central et la casquette des compteurs. Le tachymètre passe à l’écarlate, tout comme le rappel de point milieu qui fait son apparition à 12h sur le volant. Pour authentifier tout ça, une plaque numéro est apposée entre les sièges avec l’identification de la voiture.

Un intérieur sans grande folie mais qui vous implique complètement dans la conduite

Sur la route On s’installe dans ce petit habitacle et on est tout de suite à l’aise (pour peu que l’on fasse moins d’1m85). Le châssis étant créé à la base pour un roadster (la Mazda Mx-5), la position de conduite est juste parfaite. Très bas dans l’auto avec le volant perpendiculaire et bien en main. Ça promet ! On démarre et là, l’échappement Monza raisonne dans un grondement caractéristique, légèrement plus caverneux que sur une 595.

Un des gros atouts de cette Abarth : son échappement plus que sonor

C’est parti. Tout de suite, on sent que l’auto est plus ferme que la Fiat. Même si ça reste assez souple pour conserver un certain confort et une belle progressivité, le châssis de l’Abarth se voit plus « verrouillé » que celui de la Fiat. Merci Bilstein. Il en résulte un train avant incisif, commandé par une direction précise et informative. L’arrière est aussi bon, bien aidé par le différentiel qui gère parfaitement l’arrivée du couple. Les 1060 kg à vide (1080 pour la BVA) de la 124 sont répartis à 50:50 pour un équilibre surprenant et une agilité ultra-plaisante.

Plus pointue que la Fiat, l’Abarth n’est cependant pas piégeuse pour un sous. On n’hésite pas à la faire danser de virage en virage cette Abarth, surtout sur les splendides routes Corses, car même si elle est plus « pointue » que la Fiat, l’Abarth n’en reste pas moins abordable. Le 4 cylindres 1.4l MultiAir sort 170ch et 250Nm de couple à 2500 tr/min ce qui est bien suffisant pour faire bouger convenablement le petit Spider et sa sonorité claque contre les parois et falaises. Le 0 à 100 km/h est abattu en 6,7s et la belle pointe à 230 km/h. La boîte mécanique 6 rapports est bien étagée et se voit commandée par un levier aux débattements courts et agréables. Les verrouillages sont fermes. L’allonge est bonne et le couple disponible assez bas offre des relances convaincantes. Clairement, çe châssis peut encaisser 50ch de plus sans problème.

Loin d’être surpuissante, l’Abarth 124 Spider est super abordable … en conduite

La boîte auto est commandée soit par le levier (dans le bon sens : on tire pour monter et on pousse pour rétrograder), soit par les palettes en plastique au volant. Cette unité automatique est handicapée par son convertisseur de couple assez lent et vorace. J’ai l’impression qu’elle mange des chevaux au passage et elle est beaucoup moins engageante que la boîte méca à mon sens. Quoi qu’il en soit, elle est cependant bien étagée et exempte d’a-coups. Elle ne grêve pas trop le sentiment de sportivité et c’est tant mieux !

Joueuse, équilibrée, une belle réussite dynamique

« TU CROIS QUE MADAME SERA D’ACCORD ? »

[L’ami Philippe qui a visiblement apprécié]

Bilan Un formidable jouet cette Abarth 124 Spider grâce à une recette juste. Un bon châssis, des trains roulants à la hauteur, un ensemble moteur/boîte agréable, une sonorité marquée et une position de conduite au top. Elle comble tout les petits reproches que j’avait pu faire à la 124. Plus affutée et récompensante. Mais à quel prix ?! A partir de 40.000€, l’Abarth vise les BMW Z4, Audi TT et Mercedes SLC mais il ne faut pas oublier que c’est 15.000€ plus cher qu’une Fiat 124 et 10.000€ plus cher qu’une Mx-5 160ch !!! Pas donné donc mais je n’ai pas boudé mon plaisir avec en Corse et l’aspect collector est indéniable. Un véhicule coup de coeur à coup sûr.

Play video
14:57

Join in

Comments (0)

    YOU MIGHT ALSO LIKE

    5 things you didn’t know about The Grand Tour Game