Stelvio Pass : la route la plus surévaluée du monde ?

C'est sûr, son article publié sur le site Goodwood.com va faire grincer pas mal de dents. Mais qu'importe, en matière d'automobile toute vérité est bonne à dire et celle d'Andrew Frankel est que la mythique Stelvio Pass ne mérite pas le battage qui est fait autour d'elle. Parce qu'elle n'est tout simplement pas agréable. Une critique qui, il l'espère en passant, ne présage rien des qualités du futur SUV d'Alfa Romeo qui lui doit son nom de baptême...

Si vous lisez régulièrement la presse automobile, et notamment anglaise, vous connaissez obligatoirement le nom de Stelvio Pass, ou col du Stelvio. Et vous avez certainement contemplé au moins une fois l'une de ces photos ou videos présentant ce qui ressemble pour tout amateur de pilotage à la route idéale. Un terrain de jeu pour pilote, constitué par la succession de plus de 75 virages, en descente ou en montée.

Mais ce fantasme d'asphalte, ne mérite selon l'auteur même pas de figurer dans le top 100 des meilleures routes d'Europe. Pour lui, il n'y a tout simplement pas de route plus surestimée que le col du Stelvio. A tel point qu'il s'est juré de ne jamais y retourner... depuis 20 ans.

Qu'est-ce qui justifie ce jugement autant à contre-courant ? Presque tout selon lui. Des épingles plus ennuyeuses les unes que les autres, du sous-virage désagréable induit par une chaussée glissante et en mauvaise état et des passagers qui finissent généralement malades à l'arrivée. Ca, c'est si vous avez la chance de ne pas tomber sur des nuées de touristes ou des pelotons de cyclistes, population qui adore au moins autant les cols que les pilotes en herbe. De quoi passer plusieurs minutes à train de sénateur... Car ce que personne ne mentionne jamais non plus concernant le Stelvio, c'est que la route y est aussi étroite que sinueuse et qu'il est donc très difficile de dépasser, même des vélos.

Par conséquent, le décor du Stelvio Pass peut nous paraître à tous magnifique mais la vérité est que la route qui s'y trouve est inaccessible, difficile à conduire, inconfortable, pas très amusante et impraticable pendant presque la moitié de l'année.

Ce ne sont pas les parcours de substitution qui manquent, en France comme en Italie ou dans toute l'Europe, mais comme tous les lieux mythiques de l'automobile, le plaisir de pouvoir dire avec fierté "j'ai fait le Stelvio" devrait suffire à préserver l'engouement pour le col italien. Car la plupart du temps, on oubliera d'ajouter que ça n'était pas si formidable que ça. Une conclusion qui vaut d'ailleurs pour bien des "mythes" dans le monde automobile...

Loading...

YOU MIGHT ALSO LIKE

0:47
T​he 5 stages of manufacturing an air filter